Post-doctorat : Impact des nouvelles thérapies du cancer sur la cognition des patients

  • Post Doc
  • Caen

Site Inserm U1086

Intitulé du sujet
Impact des nouvelles thérapies du cancer sur la cognition des patients

Champs scientifiques
Santé publique, recherche clinique, neuropsychologie

Mots clefs
Cancer, cognition, plainte cognitive, neuropsychologie, hormonothérapies de nouvelles génération, immunothérapie, protonthérapie, étude longitudinale comparative, qualité de vie

Description du projet
Les progrès diagnostiques et thérapeutiques dans le domaine du cancer ont considérablement augmenté les chances de survie et la durée de vie des patients, même en situation métastatique. De nouvelles modalités de radiothérapie ainsi que des hormonothérapies de nouvelle génération, des thérapies ciblées et des traitements par immunothérapie sont actuellement proposées. Ces traitements sont souvent délivrés sur une longue période avec des profils de toxicités spécifiques. Parmi ces effets secondaires, les difficultés cognitives telles que des altérations de la mémoire, de l’attention, des fonctions exécutives et de la vitesse de traitement, sont fréquemment rapportées par les patients, et constituent un enjeu majeur en termes de qualité de vie. Ces symptômes ont été bien documentés après chimiothérapie (notion de “chemofog”) et radiothérapie conventionnelle (y compris pan-encéphalique dans le cas du système nerveux central). Néanmoins, si certains travaux préliminaires suggèrent l’impact des nouvelles thérapies du cancer sur la cognition de plus amples études sont nécessaires pour mieux appréhender ces effets secondaires.
Le programme dans lequel s’intègre le travail du post-doctorant a pour objectif d’évaluer l’impact de nouvelles thérapies du cancer et plus spécifiquement des hormonothérapies de nouvelle génération du cancer de la prostate métastatique, des immunothérapies et des nouvelles modalités de radiothérapies cérébrales (radiothérapie stéréotaxique/protonthérapie/hadronthérapie, notamment pour les tumeurs cérébrales d’évolution lente), sur les fonctions cognitives de patients atteints de cancer – correspondant à des études en cours : études Cog-Pro pour les hormonothérapies de nouvelle génération, Cog-Immuno pour les traitements par immunothérapies, Cancer-Cog/Cog-Proton pour la radiothérapie innovante. Ainsi, évaluer l’impact de ces nouvelles stratégies thérapeutiques du cancer sur les fonctions cognitives permettra notamment d’identifier des populations de patients à risque.

Laboratoire d’accueil et encadrement du post-doctorat
Inserm U1086 Anticipe
Centre François Baclesse
Caen
https://anticipe.eu/
L’Unité Anticipe (Inserm U1086) développe des recherches fondamentales et appliquées visant à proposer des stratégies de prévention ou de traitement des cancers les plus adaptées aux individus et à leur environnement. En interaction quotidienne avec les praticiens du CHU et du Centre de Lutte Contre le Cancer François Baclesse, elle associe une centaine de personnes qui développent des travaux de recherche structurés en deux axes : « Cancers et Préventions » et « Biologie et Thérapies Innovantes des Cancers de l’ovaire ». L’axe « Cancers et Préventions » se décline en plusieurs thématiques, dont l’une porte en particulier sur « Qualité de vie et vie après le cancer » avec un focus sur l’impact du cancer et de ses traitements sur les fonctions cognitives supporté par la Plateforme Cancer et Cognition (http://www.canceretcognition.fr/). Le projet sur lequel portera la thèse est un projet émergent qui s’inscrit parmi les travaux de la plateforme de recherche clinique Cancer et Cognition.

Encadrement : Pr Florence Joly, oncologue médicale, DRCI du centre François Baclesse
Responsable du thème « vivre avec le Cancer » de l’Unité Anticipe 1086 et de la plateforme Cancer et Cognition.
Co-encadrante : Dr Marie Lange, Neuropsychologue, Centre François Baclesse
Neuropsychologue référente de la plateforme Cancer et Cognition

Missions du candidat
Les missions du candidat incluront :
– La coordination des études longitudinales en cours (Cog-Pro et Cog-Immuno) sur l’impact des
nouvelles thérapies du cancer sur la cognition,
– Le recueil des données d’études en cours de finalisation (études Cog-Pro et Cog-Immuno),
– La valorisation scientifique des études Cog-Pro et Cog-Immuno,
– La participation à la mise en place et au suivi de l’étude Cog-Proton et la valorisation des
résultats préliminaires en fin de post-doctorat.

Profil recherché
– Candidats de formation scientifique ou médicale titulaires d’un doctorat d’université (PhD) (obtenu
avant le 4ème trimestre 2021) en psychologie/neuropsychologie, santé publique, épidémiologie,
recherche clinique, recherche interventionnelle, etc.
-N’ayant pas réalisé son doctorat en Normandie
-Au plus tard 18 mois (profil 1 « jeune chercheur ») ou 6 ans (profil 2 « expérimenté »*) après la date
de soutenance de la thèse,
*Pour le profil 2 : laboratoire de la thèse situé à l’étranger, avoir fait un 1er post-doctorat à l’étranger,
avoir au moins une publication du précédent post-doctorat (acceptée ou en révision)

Compétences requises :
• Polyvalence
• Intérêt pour la recherche en santé publique et la recherche clinique
• Travail en équipe
• Communication / contact avec les patients
• Organisation
• Valorisation scientifique
• Des compétences dans l’analyse des données subjectives (notamment des données de
cognition) seront particulièrement appréciées
• Des connaissances en oncologie seront appréciées

Financement et durée
Des demandes de financement sont en cours (résultats attendus pour l’automne 2021 au plus tard).
Possibilité de recrutement (CDD) pour quelques mois afin de prolonger les recherches de financement
post-doctoral en 2022.
La durée du post-doctorat dépendra de la bourse obtenue (entre 2 et 3 ans).

Contact (envoi d’un CV + lettre de motivation obligatoire)
Laure Tron, chargée de mission de la Plateforme Cancer et Cognition
laure.tron@inserm.fr
Marie Lange, neuropsychologue, Plateforme Cancer et Cognition
m.lange@baclesse.unicancer.fr

Pour postuler, envoyez votre CV et votre lettre de motivation par e-mail à laure.tron@inserm.fr